Follow

Marrant les interprétations des décisions de justice par le grand public : je lis à droite à gauche des phrases du genre "le Conseil d'État à dit que les attestations ne servaient à rien, remboursez les amendes !".

La réalité de l'arrêt est la suivante : le 22 décembre, le Conseil d'État rend une décision[^1] via laquelle il *confirme* que le confinement, et la nécessité d'un document attestant une nécessité impérieuse pour la circulation dans les lieux publics est une atteinte proportionnée aux libertés, en précisant toutefois que tout document est accepté, et que les attestations ne font donc pas l'objet d'un formalisme particulier.

En résumé, les attestations fournies par le ministère sont donc bien valides, le CE nous informe juste qu'un autre document qui contiendrait la même information l'est tout autant. On nage donc dans une mauvaise foi absolue en disant que ces attestations sont juridiquement irrecevables, et que toute amende serait donc invalide.

[^1]: legifrance.gouv.fr/ceta/id/CET

· · Web · 0 · 0 · 0
Sign in to participate in the conversation
Cybrespace

cybrespace: the social hub of the information superhighway jack in to the mastodon fediverse today and surf the dataflow through our cybrepunk, slightly glitchy web portal support us on patreon or liberapay!